Publié par : handistarts | 30 janvier 2012

El Frente de Artistas del Borda: changer les pratiques en matière de santé mentale (Buenos Aires, Argentine)

 

clip_image002Le 6 septembre 2011, Alberto Sava, artiste et psychologue social, recevait un prix reconnaissant son action en matière de défense des droits de l’homme. En tant que fondateur du Frente de Artistas del Borda, une organisation composée de patients, d’artistes et de psychologues de l’hôpital neuropsychiatrique Borda de Buenos Aires, il lutte en effet depuis 1984 pour un changement des pratiques dans le domaine de la santé mentale.

Une lutte pour la « desmanicomializacion »

L’objectif du Frente a toujours été de produire de l’art comme outil de dénonciation et de transformation sociale avec des artistes internes et externes de l’Hôpital Borda. A travers les productions artistiques, c’est un lien continu avec la société qui est favorisé, questionnant ainsi l’imaginaire social par rapport à la folie. En effet, il est très difficile pour les patients de sortir d’une institution de type asilaire une fois qu’ils y sont entrés, et, même quand une sortie est possible, la réintégration à la vie hors de l’hôpital est compliquée. De plus, s’ajoute à cela le stigma social très fort à l’encontre des personnes souffrant de troubles de la santé mentale.

Dans les années 80, l’Argentine vivait un moment crucial de retour à la démocratie après des années de dictature. Grâce à ce changement politique, des pratiques et discours critiques ont enfin pu apparaitre. Dans le domaine de la santé mentale, les changements ont suivi la tendance internationale à réformer la psychiatrie, qui reposait sur une critique des institutions asilaires, de l’internement et de l’organisation très hiérarchisée de ceux-ci. Ce courant de transformation mettait en évidence la nécessité de changer radicalement le système de prise en charge des patients, car les institutions asilaires sont propices à leur isolement et à la dépréciation de leurs droits civils et politiques, à la fragmentation des liens sociaux et affectifs, à une perte de motivation, à une privation d’intimité… en bref, à une perte de tout ce qui est propre à un être humain.

C’est de ce courant critique qu’est né un large mouvement de transformation dans le domaine de la santé mentale. Une première expérience de fermeture d’un asile et d’ouverture à la place d’une structure communautaire a eu lieu à Trieste, en Italie par le Dr Basaglia. Dans cette nouvelle optique, les périodes d’internement, vues comme des cas d’urgence, sont devenues les plus brèves possibles et l’accent est mis sur l’intégration des patients.

En Argentine, les différentes tentatives n’ont pas atteint ce degré de réussite à cause de limitations politiques, économiques et idéologiques, mais certaines propositions novatrices ont tout de même été conservées, comme le Front d’artistes del Borda, qui existe depuis 1984 au sein de l’hôpital et qui s’est ouvert plus largement à la communauté en 1998. « La société a une idée très déformée des fous, nous explique Alberto Sava. C’est pourquoi le Frente milite pour la desmanicomializacion, c’est-à-dire le fait de sortir les patients des manicomios (structures asilaires) et préférer lorsque c’est possible des structures ouvertes qui favorisent une plus grande inclusion sociale. »

Des ateliers variés au sein de l’hôpital

Le Frente propose différents ateliers aux patients internes et externes de l’hôpital, mais aussi à toute personne désireuse d’y participer, favorisant ainsi la mixité sociale. Les ateliers sont animés par des artistes et l’objectif visé est une production artistique de qualité qui pourra être montrée à l’extérieur. Un psychologue est là pour aider à surmonter les obstacles, mais ces ateliers ne sont pas vus comme une thérapie en soi, même si évidemment ils y participent, comme nous le confie Daniel, participant à l’atelier expression corporelle : « Je souffre de troubles bipolaires. Pour moi, outre les médicaments, le plus important sont les activités de groupe, car elles permettent de nous rencontrer, de partager. Des ateliers comme celui de danse et expression corporelle nous permettent de nous relaxer, de détendre nos muscles. »clip_image004

Tous les animateurs des activités sont bénévoles et le fonctionnement du Frente est très démocratique : la parole et l’avis de tous sont respectés. Chaque atelier commence d’ailleurs par un moment de discussion en groupe et se termine par un debriefing. Deux fois par mois, le Frente organise aussi une Assemblée afin de discuter de différents sujets qui concernent ses membres.

Les spectacles montés dans le cadre des ateliers sont eux aussi le fruit d’une collaboration de tous et reflètent les idées de chacun, comme nous l’explique Miguel qui prend activement part à l’atelier théâtre « Tout l’été, nous avons joué une fois par semaine une pièce dans un centre culturel de Buenos Aires. Le thème est inspiré de l’histoire d’une dame qui venait de l’hôpital psychiatrique pour femmes et participait aux ateliers ici. Elle nous avait raconté comment elle avait cherché partout de l’aide, et s’était finalement retrouvée à la rue, car toutes les portes se refermaient devant elle. C’est une pièce très forte qui critique notre société de consommation individualiste qui broie les gens… »

L’art comme moyen de sensibilisation

Du 4 au 8 octobre se tenait à Mar del Plata le 11e festival latino-américain d’artistes internes et externes d’hôpitaux psychiatriques nommé « Une porte vers la liberté ». Ce festival, organisé tous les ans en collaboration avec le réseau argentin d’art et de santé mentale, permet de présenter au public des spectacles utilisant différentes disciplines, de proposer des ateliers participatifs, des conférences et des expositions.

Mais les artistes de Borda sont aussi fréquemment sollicités pour participer à des événements ou des projets artistiques extérieurs à l’hôpital ou à leur réseau. Fernando, responsable de l’atelier cirque nous explique : « Nous sommes contents d’être invités à venir présenter notre spectacle dans des circonstances qui n’ont rien à voir avec le domaine de la santé mentale, ça montre une réelle ouverture et c’est important pour toucher un large public. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :