Publié par : handistarts | 4 novembre 2011

Rencontre avec Adriana Torriglia, présidente de la Fondation Desafiarte (Cordoba, Argentine)

imageMadame Torriglia, comment la Fondation Desafiarte est-elle née ?

Notre Fondation est née principalement du milieu des écoles spéciales. Nous étions neufs professionnel(le)s avec des spécialités différentes dans les domaines sociaux et artistiques, et nous avons tout d’abord monté un projet pour remédier au manque d’équipement dans ces écoles. La Fondation Arcor, l’une des plus importantes en Argentine nous a soutenus afin de pouvoir y lancer un programme artistique. Etant donné que ce programme fonctionnait bien, nous avons souhaité faire sortir ces activités du cadre scolaire et montrer ce que nous faisions. C’est ainsi qu’est né le premier Festival Desafiarte en 2003.

Quel regard portez-vous sur la 9e édition du Festival qui aura lieu cette année à Cordoba ?

Au fil des années, nous avons de plus en plus de participants qui explorent toujours davantage de langages artistiques différents. Le Festival est progressivement devenu notre principal projet. Nous jouons en quelque sorte un rôle de plate-forme en mettant en lien différentes organisations travaillant dans le domaine du handicap, nous créons ainsi un réseau où peuvent s’échanger idées et pratiques. Le Festival est une formidable occasion de montrer ce qui se fait en matière d’art et handicap dans la province, mais aussi ailleurs en Argentine, étant donné que le concept s’est exporté dans cinq autres provinces. Organiser cela dans des espaces publics nous permet de conscientiser la population, nous voulons établir des stratégies pour l’inclusion et l’intégration des personnes en situation de handicap dans la communauté, et vice versa !

Et les autres projets de Desafiarte, quels sont-ils ?

Desafiarte c’est aussi une troupe de théâtre qui compte une cinquantaine de personnes avec et sans handicap. Notre souhait, c’est que les personnes en situation de handicap aient accès à la culture tant dans la salle que sur la scène, c’est pourquoi nous insistons pour que les deux espaces soient adaptés !

Un autre secteur d’action de Desafiarte est ce qui a trait à la formation. Nous travaillons en partenariat avec différentes universités en dispensant une formation en matière d’art et handicap aux étudiants qui se destinent à travailler dans l’éducation spéciale. Pour cela, nous sommes chanceux d’être basés à Cordoba, c’est une ville très dynamique et ouverte où la vie culturelle est très développée. Il y a aussi de nombreux étudiants qui suivent des cursus artistiques, cela permet de diffuser de nouvelles pratiques.

Desafiarte bénéficie d’une solide renommée qui lui a valu de nombreux soutiens publics et privés. Je suppose que cela facilite grandement votre travail ?

Oui, c’est indéniable… Dès les débuts de la Fondation, nous avons voulu toucher le gouvernement, les politiques, mais aussi des privés, en insistant sur la responsabilité sociale des entreprises. Nous avons aujourd’hui de nombreux soutiens officiels, ce qui donne du poids à nos demandes, même s’il ne s’agit pas toujours de soutiens financiers, c’est important. Grâce à nos relations dans le milieu culturel de la ville, nous avons par exemple accès au top des théâtres de Cordoba. C’est un grand luxe de pouvoir faire nos activités dans les meilleures conditions possibles.

Merci beaucoup d’avoir accepté de nous rencontrer et d’avoir répondu à nos questions!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :