Publié par : handistarts | 14 août 2011

« Flor de arte », un programme de la Fondation Coanil (Chili)

clip_image002Coanil, ce sont 1200 employés et 1000 volontaires qui travaillent à travers tout le Chili, dans plus de 50 centres qui offrent gratuitement différents types de services à 4500 bénéficiaires en situation de handicap. Parmi ces services, un programme artistique: des ateliers créatifs hebdomadaires qui débouchent sur des expositions régulières et sur une ligne de produits dérivés vendus au profit de « Flor de Arte ».

Naissance et développement de Coanil

La Fondation Coanil est née en 1974 de l’initiative de femmes des soldats de la marine, ce qui correspondait à la vision très assistancialiste que l’on avait des personnes handicapées à l’époque : il fallait faire quelque chose POUR elles. Aujourd’hui, cette vision a bien changé… La fondation a été privatisée et est subsidiée par l’Etat, car elle prend en charge des services que celui-ci n’offre pas, là où le besoin s’en fait sentir sur le terrain.

Les missions que la fondation s’est donnée sont d’améliorer la qualité de vie et de favoriser l’inclusion sociale des personnes avec un handicap. A travers différents programmes axés sur la protection (défense des droits, protection des enfants et jeunes en situation de risque, foyers), l’éducation (centres de stimulation précoce, écoles spéciales) et l’aide à l’emploi (ateliers protégés, formation), elle vise à renforcer leurs compétences et leur autoestime.

Programme « Flor de Arte »

« Il y a 4 ans, la directrice de la Fondation a découvert un projet en Ohio nommé « Passion works », une collaboration entre artistes et personnes en situation de handicap. Elle était très intéressée par ce concept, et leur a demandé de venir présenter leur projet au Chili. Peu à peu, nous avons développé un projet similaire. Aujourd’hui, nous avons 4 ateliers à Santiago et 3 dans les régions, nous explique Josefina Hevia, responsable du programme.»

Les participants viennent une demi-journée par semaine. Chaque atelier est animé par un(e) artiste et deux ou trois volontaires. Les techniques travaillées varient en fonction des souhaits du groupe, des aptitudes des participants et du matériel à disposition, car Flor de Arte fait la part belle aux matériaux recyclés. « La participation est tout à fait volontaire, ceux qui viennent aux ateliers en ont envie, ont un gout pour l’art. Malheureusement, pour le moment, faute de place, nous ne pouvons accueillir que des bénéficiaires de Coanil. Dans le futur, nous espérons pouvoir ouvrir plus largement les ateliers, nous confie Josefina Hevia. »

« Les ateliers de ce programme poursuivent plusieurs objectifs, ajoute-t-elle. Le premier est de permettre aux participants de développer leur créativité en leur offrant différentes ressources plastiques et la possibilité d’expérimenter. Nous aimerions que ceux qui le souhaitent puissent se trouver une identité artistique. Cependant, à l’heure actuelle, même si certains se démarquent par leur style propre, nous ne somme pas encore au stade où ils pourraient être incorporés à un circuit artistique classique. »

« Pour eux, c’est très important de participer à ces ateliers, continue-t-elle, car ils y trouvent une certaine reconnaissance et sont fiers de leur travail. Parfois, les ateliers se donnent dans des espaces publics, comme des bibliothèques par exemple. Ainsi, le public peut voir les membres de l’atelier travailler et sont invités à participer. C’est une démarche interactive qui met en valeur les capacités de chacun, et ça nous aide à atteindre notre deuxième objectif, qui est de faire connaitre le travail fait par Coanil.»

L’équipe de Flor de Arte peut aussi compter sur l’aide d’une designer qui est chargée de mettre en valeur les images qui sont réalisés dans les ateliers à travers une gamme d’objets divers qui sont destinés à la vente (étuis, sacs, tasses, bics, bijoux, tissus, carnets, etc.). Encore une occasion de faire connaitre la Fondation, mais aussi de générer des revenus qui, à terme, rendront l’atelier soutenable.

Les volontaires, un lien avec la société

Dans toutes ses activités, Coanil souhaite intégrer des volontaires à son équipe. En effet, elle se veut une fondation ouverte, transparente dans ses activités et accessible à toute personne de la communauté. A travers le volontariat, ce sont aussi des ponts d’intégration qui sont développés, car en travaillant pour Coanil, les volontaires sont sensibilisés à une réalité, le handicap mental, qui est encore trop peu connue au Chili. L’intégration de volontaires sur les activités favorise donc la diversité et l’inclusion des personnes en situation de handicap dans la société.

Pour en savoir davantage : Site de Flor de Arte : http://flordearte.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :