Publié par : handistarts | 3 juillet 2011

« La U por Chile », une aide d’urgence et un projet d’art thérapie (Paredones, Chili)

clip_image002Le 27 février 2010, un tremblement de terre de magnitude 8,8 et un tsunami secouaient le Chili. Suite à la catastrophe, des étudiants et professeurs de l’Universidad de Chile se sont mobilisés afin d’apporter une aide aux communautés touchées dans la région de Paredones. Un projet d’art thérapie, fruit d’une collaboration entre les Facultés de sciences sociales et d’arts a ainsi vu le jour. Il vise à fournir un appui psychosocial aux membres de ces communautés, mais aussi à renforcer les liens sociaux au sein de celles-ci.

« La U x Chile », un projet basé sur le volontariat

Suite au tremblement de terre du 27 février 2010, des étudiants et professeurs de l’Université du Chili ont lancé à travers un mouvement de volontariat le projet « La U por Chile », qui visait à apporter une aide d’urgence aux personnes touchées par la catastrophe dans la région de Paredones.

Peu de temps après, l’université ayant débloqué des fonds pour soutenir des projets interfacultaires, la Faculté de sciences sociales a proposé à la Faculté d’arts de s’associer afin de continuer le travail commencé à Paredones sur du plus long terme. Plusieurs professeurs ayant des domaines d’expertise complémentaires (trauma social, théâtre communautaire, art thérapie, etc.), ont donc monté un projet interdisciplinaire et formé des étudiants qui souhaitaient aller travailler sur le terrain. « Pour nous, c’est une autre dimension que de seulement donner cours à l’université, nous confie Pamela Reyes, professeur d’art thérapie et co-responsable du projet. Nous nous sentons utiles et des liens forts se sont créés entre notre équipe et les membres des communautés où nous travaillons.»

Travail de terrain

Le projet, qui a commencé en octobre 2010 et durera jusqu’à octobre 2011, a pour but de fournir un appui psychosocial aux membres des communautés touchées par la catastrophe, mais aussi à renforcer les liens sociaux au sein de celles-ci. 

« Les gens avec lesquels nous travaillons ont généralement peu d’éducation et sont peu cultivés, nous explique Pamela Reyes. Les premiers bénéficiaires ont été les enfants et les jeunes avec qui les volontaires ont organisé de nombreuses activités socio-culturelles et des ateliers créatifs. Avec les adultes et les plus âgés, nous avons dû adapter notre méthodologie. Il a d’abord fallu créer une relation de confiance entre eux et nous, mais aussi entre eux et l’art. Nous sommes partis des ressources de la communauté, l’amour pour la musique et les chansons populaires par exemple. Durant les ateliers, l’équipe a tenté de détecter les participants qui étaient le plus à risque et de les diriger vers une aide en santé mentale.»

« Le sentiment de perte est très fort pour les plus âgés, précise-t-elle. Nombre d’entre eux n’ont toujours pas récupéré leur maison. Ils sont contents que l’on continue à travailler avec eux. Il y a eu beaucoup d’aide d’urgence, mais peu de gens sont restés travailler sur du long terme. Ainsi ils ne se sentent pas abandonnés. Même s’ils vivent dans une crainte permanente d’un autre tremblement de terre ou d’un tsunami, ils ne veulent pas partir, parce qu’ils sont chez eux, le lien avec leur terroir est très fort. »

L’intérêt de l’art thérapie

« L’art est important tant au niveau personnel que communautaire, nous explique Pamela Reyes. Il permet de partager son expérience d’une autre manière que verbale, de s’évader de la vie quotidienne, de découvrir des ressources en soi et au sein de la communauté, d’apprendre aussi. Les participants ont pu voir en quoi des activités artistiques pouvaient les aider, l’évaluation de mi-parcours du projet était d’ailleurs très positive. Nous espérons que le projet pourra continuer après 2011, afin de contribuer au développement de la vie socio-culturelle au sein de la communauté. »

« L’art thérapie est encore peu reconnue en Argentine, elle s’incorpore doucement dans les mentalités, ajoute-t-elle. Le projet est aussi l’occasion d’essayer, suite à la réflexion et la recherche que nous menons, de diffuser le lien entre les interventions sociales, l’art et la culture. Les initiatives d’art communautaire correspondent à une longue tradition en Amérique latine, dans le cadre de ce projet précis, nous souhaitons faire le lien entre celles-ci et la santé mentale. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :