Publié par : handistarts | 3 juillet 2011

Colectivo A La Sombra: un projet poétique en prison (Valparaiso, Chili)

clip_image002En 2008, six jeunes chiliens aux formations variées et complémentaires (écrivains, photographe, peintre, réalisateur, etc.) fondaient le Colectivo A La Sombra et organisaient une première rencontre poétique dans une prison de Santiago. Trois ans et trois recueils plus tard, l’équipe a instauré un atelier hebdomadaire dans une prison de Valparaiso et espère bien y fonder un centre culturel.

Trois rencontres poétiques et trois recueils

A La Sombra, Boquitas de cereza, Ecos de cemento, trois livres nés de rencontres poétiques dans des prisons chiliennes. Si le premier recueil aborde principalement l’expérience de vie en milieu carcéral, les suivants s’ouvrent également à d’autres thématiques. Des récitals, des séances d’écriture et un atelier d’édition ont conduit à la publication de ces trois recueils, qui mêlent harmonieusement textes, peintures, photos et documentaire vidéo dans une optique interdisciplinaire qui met en dialogue différents langages artistiques.

« Nous sommes partis de l’idée que nous avions envie d’organiser une rencontre poétique en prison, entre prisonniers et artistes venus de l’extérieur, nous explique Roberto. En 2008, nous avons participé à un concours du Conseil de la Culture et nous avons ainsi pu mener un premier projet de ce type dans une prison pour femmes de Santiago. Le deuxième projet a eu lieu l’année suivante à la prison de Rancagua, et l’an dernier nous avons travaillé dans celle de Valparaiso. Le résultat des projets a été présenté dans les prisons, mais aussi dans des lieux culturels de Valparaiso et Santiago, notre volonté est de diffuser le plus possible notre initiative, car on espère faire des émules.»

« Ces rencontres ont eu lieu trois années d’affilée, et progressivement, nous avons réalisé que l’élément le plus important étaient les ateliers, précise-t-il. Nous avons donc souhaité passer de projets à court terme à quelque chose de plus durable, c’est pourquoi nous avons initié les ateliers d’écriture hebdomadaires à la prison de Valparaiso. »

Poésie en prison

Ces ateliers poursuivent un double objectif socio-éducatif et artistique. Ils sont destinés à des prisonnier(e)s peu violents qui ont déjà obtenu certains avantages pour bonne conduite et qui sont engagés dans le processus qui les conduira à sortir de prison.

« La plupart des participants aux ateliers d’écriture n’avaient jamais écrit avant… Ils viennent à l’atelier non seulement par intérêt pour l’écriture, mais aussi pour la dynamique du projet, car ils se sentent réellement faire part de quelque chose de constructif, nous explique Carolina. Ils sont très fiers que leurs textes soient publiés et de pouvoir ensuite offrir les recueils à leurs familles et amis, cela renforce leur autoestime. »

« Au fil du temps, une vraie relation d’amitié s’est créée entre eux et nous, précise Roberto. Le fait d’être extérieurs à l’univers carcéral, nous permet de leur ouvrir un espace de liberté à l’intérieur de la prison. Certains d’entre eux ont très peu de visites et sont contents de nous voir… »

« Ils nous disent souvent que ces ateliers les aident et les motivent, que ça leur donne envie de sortir de prison plus vite, ajoute Carolina. La question de la réinsertion des prisonniers une fois qu’ils seront libérés est très complexe, peu de choses sont faites pour les aider en ce sens… Nous évitons de leur donner de faux espoirs, c’est difficile de vivre d’une activité artistique au Chili, on leur ouvre seulement une porte… »

« Nous espérons créer un centre culturel dans la prison de Valparaiso »

A présent, le souhait des membres du Colectivo est de créer un espace spécifique qui pourrait accueillir toutes les activités socio-culturelles organisées au sein de la prison de Valparaiso ainsi qu’un projet de maison d’édition, qui constituerait une porte vers l’insertion professionnelle.

« Souvent nous manquons d’espace pour mener les activités dans la prison, explique Roberto. Le fait d’avoir un lieu où se dérouleraient toutes les activités socio-culturelles permettrait de renforcer la dynamique mise en place au sein de la prison. Il y a déjà un groupe de hip-hop qui s’est formé et qui collabore avec le groupe de poésie. Bientôt, nous allons aussi commencer un atelier de récit narratif, ce sera un autre défi ! »

« Nous avons de la chance en tous cas, ajoute-t-il, car la responsable de la prison de Valparaiso est une personne très ouverte qui soutient nos initiatives, même si parfois nous nous trouvons dans une situation un peu compliquée, car notre travail implique bien souvent de dénoncer les conditions de vie en milieu carcéral…»

Pour en savoir davantage : site d’A La Sombra

Videos du groupe de hip-hop : Sigo Imaginando et Prison es Maldicion

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :