Publié par : handistarts | 25 avril 2011

Fondation Art for All (Bangkok, Thailande)

IMG_8400 « Le nom de notre Fondation est révélateur : à travers diverses formes d’art, nous voulons sensibiliser à la valeur et à la dignité de chacun et construire une société meilleure pour tous, où la diversité est respectée et où la richesse culturelle est préservée. Chacun a en soi une imagination et une créativité qui peuvent être valorisées ! » Ces mots du Professeur Channarong Pornrungroj, président de Art for All, résument bien la philosophie de la Fondation, qui mène des programmes artistiques avec des publics fragilisés en Thaïlande et qui, à travers le développement d’outils pédagogiques et l’organisation de divers événements (conférences, expositions, etc.) cherche à diffuser ses pratiques novatrices.

Naissance de la Fondationimage

Il y a 15 ans, le Professeur Channarong Pornrungroj, Doyen de la Faculté d’Arts de l’Université Chulalongkorn de Bangkok créait la Fondation Art for All. « J’étais triste de voir que rien n’était mis en place pour les personnes qui ont moins  d’opportunités. C’est très différent ici par rapport à ce qui se passe en Europe Occidentale… les croyances traditionnelles ramenant le handicap à un mauvais karma sont encore fortes. J’avais envie de donner un autre statut à ces personnes, nous explique le Professeur. »

« De plus, ajoute-t-il, j’étais persuadé que le système éducationnel n’était pas bien pensé. On classe sans cesse les élèves, on créé des écoles spécialisées pour les aveugles, les sourds, les handicapés mentaux. Personnellement, je pense que, peu importent leurs capacités et leurs déficiences, les gens doivent vivre ensemble, être mélangés. Notre Fondation défend un modèle coopératif d’apprentissage, pour nous, les limites, quelles qu’elles soient, peuvent être dépassées si on créé un environnement de compréhension et de respect mutuel. »

Ateliers et camps artistiques pour des jeunes en situation de handicap

Depuis 1999, Art for All organise chaque année des ateliers et des camps artistiques pour des jeunes en situation de handicap. « Le camp le plus important a lieu en juillet, plus de 500 personnes y participent durant 5 jours ! Les jeunes sont répartis en groupes de 5 et peuvent participer à différents ateliers, ainsi ils peuvent s’essayer à diverses formes artistiques : peinture, arts plastiques, musique, littérature, etc. et, nous l’espérons, y prendre goût. On constate beaucoup de changements dans leur attitude au cours du camp, ils gagnent vraiment en confiance, et c’est très beau de voir la complicité et l’entraide qui existe au sein des groupes, tant lors des activités artistiques que pour les tâches de la vie quotidienne, nous explique le Pr. Pornrungroj. Les activités artistiques sont bénéfiques tant pour l’épanouissement personnel des participants que dans une optique d’inclusion sociale, car elles permettent de créer des liens, d’insister sur ce que l’on partage plutôt que sur nos différences.»

IMG_8372 Depuis leurs débuts il y a une quinzaine d’années, ces ateliers et ces camps n’ont cessé de gagner en succès et en visibilité. Ils sont l’occasion pour des jeunes en situation de handicap venus des quatre coins du pays de se rencontrer et de partager leurs expériences, et ils permettent aussi des échanges entre parents, professeurs, artistes et de nombreux volontaires qui viennent prêter main forte pour l’organisation de l’événement. « Le fait de travailler avec des volontaires est très important nous confie le Pr. Pornrungroj. Ce sont pour la plupart des étudiants et ils peuvent faire le relais entre notre Fondation et les écoles et universités. Grâce à eux, notre initiative et notre philosophie peuvent être diffusées auprès d’autres jeunes. »

Art en prison

IMG_8349 Suite au succès de ces camps artistiques, la Princesse Maha Jakri Sirindhorn s’est demandé si un concept similaire ne pourrait pas être développé en prison dans une optique de réhabilitation et d’art thérapie.

Outre un camp artistique annuel rassemblant des prisonniers, issus de différents établissements pénitentiaires, purgeant des peines longues, Art for All propose également depuis 2006 un cours d’art hebdomadaire pour des condamnés à mort.

« Les prisonniers apprennent différentes techniques avec un artiste, nous explique le Pr. Pornrungroj. Ils sont vraiment très intéressés et attentifs, et leur état mental et leur attitude vis-à-vis des autres se sont beaucoup améliorés. C’est une sorte d’art thérapie pour eux, cela leur permet de s’exprimer, de trouver une certaine forme de sérénité aussi. »

Valoriser les cultures locales

Le troisième volet d’activités de Art for All concerne la promotion des cultures locales en Thaïlande. Bien que les nombreuses minorités ethniques qui peuplent les régions montagneuses du nord du pays constituent une valeur sûre des visites proposées par les tours opérateurs, elles n’en constituent pas moins un groupe fragilisé. En effet, elles rencontrent souvent des difficultés à s’intégrer d’un point de vue socio-économique et souffrent de discrimination et d’acculturation, un problème que nous avions déjà évoqué dans un article consacré à l’ONG Craftlink au Vietnam.

« Ces cultures sont d’une richesse incroyable, mais elles sont en train de se perdre… nous confie le Pr. Pornrungroj. Nous devons combattre la globalisation qui les détruit, c’est pourquoi nous organisons chaque année un camp artistique avec des jeunes issus de minorités ethniques, afin de revaloriser et de promouvoir leurs cultures. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :