Publié par : handistarts | 28 février 2011

EPiC Arts, Every Person Counts! (Kampot, Cambodge)

P1040431 Sur la place principale de Kampot, ville du sud du Cambodge, se trouve l’Epic Arts Café, “vitrine” de l’ONG homonyme. Les commandes s’y font à l’aide d’une petite fiche en papier et d’un crayon, et pour cause: le café, qui se veut un modèle d’intégration, emploie des jeunes malentendants. Mais Epic Arts, ce n’est pas seulement un café, c’est aussi et surtout un centre de formation artistique professionnalisant pour des jeunes touchés par un handicap physique ou sensoriel (surdité), et, depuis août 2009, une classe d’éducation spécialisée est venue s’ajouter aux activités de l’ONG. A travers l’art, elle entend encourager le potentiel créatif de chacun et favoriser les rencontres entre personnes de tous horizons, qu’elles soient touchées par le handicap ou pas.

Naissance en Angleterre et installation au Cambodge

Le projet Epic Arts est né en Angleterre en 2001. Trois amies pratiquant des formes d’art variées ont voulu faire quelque chose pour améliorer l’inclusion des personnes handicapées dans la société. D’abord en Angleterre, puis en Chine où elles sont allées deux fois par an pendant dix ans, elles ont organisé des ateliers artistiques, epic2encourageant dès que possible la mixité lors des activités.

En 2003, les hasards de la vie ont mené Katie, l’une des fondatrices, au Cambodge, et c’est ainsi que la branche cambodgienne de l’ONG est née. Le café, qui a ouvert ses portes en 2006, était son premier projet. A l’époque, Katie y donnait des ateliers artistiques ponctuels. Depuis, Epic Arts dispose d’un nouveau bâtiment en périphérie de la ville et a diversifié ses activités. L’ONG emploie aujourd’hui 28 personnes au Cambodge, pour la majorité des Khmers, et peut aussi compter sur l’aide de volontaires étrangers qui viennent appuyer l’équipe.

Vocational Training Program

Créé pour assurer une formation à des jeunes touchés par un handicap physique ou sensoriel (surdité), ce programme est  basé principalement sur les arts de la scène, mais commence également à développer un volet lié aux arts plastiques. Les jeunes préparent des performances et spectacles qu’ils présentent à diverses occasions, et animent également des ateliers pour des personnes extérieures à l’ONG, principalement pour des enfants de la communauté locale.

IMG_6430Les spectacles mêlent des éléments de danse, d’acrobaties et de théâtre. Parfois, des chaises roulantes et des béquilles deviennent les accessoires indispensables à une choréographie pleine de poésie et d’énergie, manière de montrer que le handicap ne doit pas être un frein, mais qu’il peut s’intégrer harmonieusement à un projet artistique.                         

Ces jeunes forment un groupe soudé et travaillent dur pour développer leurs compétences artistiques, mais aussi pédagogiques. En effet, le but à terme est que certains d’entre eux deviennent des formateurs qui pourront diffuser les techniques qu’ils auront apprises. Dans ce cadre, nous les avons suivis une après-midi alors qu’ils animaient grâce à des techniques de cirque un groupe d’enfants malvoyants et aveugles : une très belle leçon d’esprit de coopération!

Naomi, volontaire australienne diplômée des beaux-arts a contribué à la formation des jeunes durant un an : “Mon travail ici touche à sa fin. Avant de venir, j’étais un peu inquiète par rapport à la langue, au travail que j’allais faire. Mais très vite, je me suis intégrée. J’ai appris la langue des signes khmère pour pouvoir communiquer avec les jeunes et j’ai trouvé ça très enrichissant de participer à leur formation. Nous avons travaillé sur leurs compétences pédagogiques et sur la manière de planifier et d’évaluer leurs activités. Je leur ai aussi enseigné différentes techniques artistiques et les ai initiés à la peinture. Mon meilleur souvenir est d’ailleurs lié à cela: la réalisation d’une fresque durant une semaine dans un centre de réhabilitation pour enfantsepic1 handicapés. C’était super de les voir mettre en pratique et transmettre à d’autres ce que l’on avait travaillé ensemble ici.”

Leur apprentissage passe aussi par des formations continues et des ateliers ponctuels, organisés en partenariat avec des artistes venant de l’extérieur. La semaine précédant notre visite, ils avaient ainsi participé à un atelier international animé par la française Lucie Nérot, basé sur la technique de la danse des cinq rythmes, qui vise à travailler sur les mouvements et l’expression d’émotions. “Pour moi, ça a été une révélation, nous explique Anne, jeune française qui a participé à l’atelier. Cette technique est un outil de communication d’être à être, au-delà de toutes les différences. Les contacts noués sans paroles, juste avec les corps et les énergies, sont si profonds qu’il devient ensuite très facile de communiquer.”

L’équipe de l’ONG est unanime, en quelques années, les participants au programme ont beaucoup changé ! « Ces jeunes, je les ai vu grandir dans tous les sens du terme nous confie Hannah Stevens, la directrice. Ils ont appris beaucoup, mais ont surtout développé leur confiance en eux et se sont épanouis. En montrant tout ce dont ils sont capables, ils jouent un rôle de modèle pour inspirer d’autres jeunes. A travers les ateliers qu’ils animent, ils participent aussi à la sensibilisation de la communauté locale par rapport au handicap. »

Special Education Program

Consciente des manques existant en la matière l’ONG a voulu offrir la possibilité à un groupe d’enfants et de jeunes handicapés mentaux vivant à Kampot et dans les environs d’avoir accès à une forme d’éducation. Les enfants viennent ainsi trois demi-jours par semaine pour des ateliers variés qui visent à développer leurs compétences motrices et cognitives et à encourager leur socialisation.

Mise en réseau d’organisations au niveau national et international

« Nous avons plusieurs projets et différents niveaux de partenariat avec d’autres organisations cambodgiennes, nous apprend Hannah Stevens. A l’échelle locale, nous collaborons avec la Kampot Traditional Music School*, à l’échelle nationale, nous travaillons régulièrement avec le Deaf Program, Cambodian Living Arts, Phare Ponleu Selpak, entre autres. C’est important de faire partie d’un réseau, même si, pour nous, c’est moins facile car nous somme un peu excentrés par rapport à la capitale… En même temps, c’est bien, car nous touchons une communauté qui n’avait pas beaucoup d’autres possibilités jusque là. »

« En 2008, nous avons reçu une bourse de la Nippon Foundation pour organiser un festival des arts inclusifs en Asie du Sud Est, ajoute-t-elle. Ce fut une super opportunité de rencontrer des gens de différents pays qui font plus ou moins le même travail que nous. Comme il n’est pas facile de savoir à distance ce que les associations font exactement comme travail, il était donc très intéressant de se rencontrer pour préparer le festival, et de discuter de nos activités respectives au sein de groupes de travail, c’est ainsi qu’est né le Réseau Spotlight. Plus de 10000 personnes sont venus assister aux représentations du festival, et nous avons aussi organisé plusieurs expositions et ateliers. C’était une très bonne occasion de faire connaitre notre travail auprès du grand public. »

*Cette école inclusive offre une formation en danse et musique traditionnelles à des jeunes orphelins ou handicapés, et est aussi ouverte à tous les enfants de Kampot intéressés par les cours qui y sont dispensés. Tous les jours, l’école ouvre ses portes le temps d’une répétition, ce qui lui permet d’accroitre la visibilité de ses activités et de montrer l’intérêt de celles-ci.

Pour en savoir davantage : http://www.epicarts.org.uk/who/index.php

Pour visualiser l’album photos: cliquer sur ce lien

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :