Publié par : handistarts | 15 novembre 2010

Atelier créatif pour des femmes victimes de trafic et de violence dans les Balkans : le programme « Jewel Girl » (Belgrade, Serbie)

Dans les Balkans, de nombreuses femmes vivent dans des conditions socio-économiques précaires et constituent ainsi une cible privilégiée pour des réseaux criminels. Ceux-ci les enlèvent ou les « recrutent » en leur faisant miroiter un emploi et une vie meilleure. Les femmes qui tombent aux mains de ces réseaux ne sont pas uniquement originaires de la région, mais viennent parfois d’autres pays d’Europe de l’Est (Ukraine, Moldavie, Roumanie) et transitent par les Balkans avant de rejoindre les réseaux de prostitution d’Europe occidentale.

C’est avec beaucoup de pudeur et de respect que Marijana Savic et Tanja Radovic nous ont parlé du travail que l’ONG ATINA mène avec ces femmes afin de les aider à sortir du cercle vicieux de la pauvreté, de la violence, et souvent de l’illégalité. Le programme « Jewel Girl » est l’une des facettes de ce travail : permettre à ces femmes de participer à un atelier créatif qui est non seulement un moyen de gagner un peu d’argent, mais surtout un lieu de discussion et d’échanges qui contribue à un processus de réinsertion sociale.

clip_image002En 2004, quatre jeunes femmes serbes aux formations complémentaires dans les domaines juridique, psychologique et de l’aide sociale ont répondu à un appel à projet de l’OIM (Office International des Migrations) et ont créé l’ONG ATINA.

Leur but ? Aider des femmes qui ont souffert de violences et de trafic dans leur processus de (ré)insertion sociale. Ce travail se fait sur du long terme, et touche tous les aspect de leur vie : l’ONG leur propose un accès à une maison de transition, où elles peuvent vivre pendant un petit temps ainsi qu’une aide personnalisée. Elle les aide à se reconstruire psychologiquement, mais aussi à régler toutes sortes de problèmes plus techniques: administratifs, juridiques, sanitaires, etc., afin que ces femmes puissent retrouver un équilibre personnel et une place dans la société.

De plus, l’équipe d’ATINA milite aussi afin de faire changer les lois en Serbie pour améliorer la prise en compte de la situation de ces femmes.

Programme « Jewel Girl »

image Depuis 2007, l’ONG participe au programme « JewelGirl »*. Celui-ci est né suite à la visite d’Andrea Powell, membre de l’ONG américaine Fair Fund, en Serbie, durant laquelle elle a rencontré quatre filles vivant dans une maison abandonnée sans eau ni électricité. En coopération avec le Center for Youth Integration de Belgrade (qui travaille avec des enfants et jeunes des rues), elle a lancé le projet Jewel Girl, pour des jeunes femmes vivant dans des conditions précaires et ayant souvent expérimenté le trafic d’êtres humains.

Deux fois par semaine, les participantes au programme se retrouvent dans un endroit convivial où elles se sentent en sécurité afin de créer des bijoux qui seront ensuite envoyés aux USA pour être vendus. Une designer est présente lors de chaque séance afin de leur apprendre certaines techniques et proposer des modèles. Cet atelier, qui stimule leur créativité, se veut « thérapeutique », mais met surtout l’accent sur l’aspect social de l’activité. C’est un lieu d’échanges et de discussions à propos d’expériences passées, mais aussi d’informations qui peuvent être utiles à ces femmes pour leur vie quotidienne et leur futur (se loger, trouver un job, prendre soin de sa santé etc.).

clip_image005“ Ce qui est très bien, nous confie Marijana Savic, l’une des responsables de l’ONG, c’est que cette activité est devenue régulière et est maintenant prise en charge par une des anciennes bénéficiaires du projet, qui est employée par Fair Fund et gère les aspects logistiques. Elle veille à ce que toutes les filles reçoivent un salaire régulier pour leur participation à l’atelier et répartit équitablement l’argent généré par les ventes des bijoux aux USA. Pas question de favoriser les filles qui sont plus créatives et dont les bijoux se vendent mieux. Ici, la solidarité est importante. ”

D’autres associations et ONG des Balkans poursuivent des objectifs similaires à ceux d’ATINA, et plusieurs d’entre elles ont intégré un atelier créatif à leurs programmes comme soutien à un processus de réinsertion sociale. Lors de notre passage à Sofia, nous avons par exemple rencontré une des membres de l’organisation BIVEDA, dont l’objectif est de jeter des ponts entre le monde culturel et des groupes marginalisés . Dans le cadre d’un programme européen  « Art for social change », cette organisation a mené durant quatre ans un projet théâtral avec des femmes victimes de violence.

_____________________________________________

*Ce programme a été initié en Serbie et existe maintenant dans plusieurs autres pays : Bosnie, Russie, Ouganda, USA

Pour en savoir davantage sur l’ONG ATINA : http://www.atina.org.rs

Sur le programme « Jewel Girl » : http://www.fairfund.org

Sur les projets « Art for social change » menés par BIVEDA : http://www.biveda-org.com/en/proj1.htm

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :