Publié par : handistarts | 21 juin 2010

Atelier théâtre ASBL Artifices (Houdeng-Goegnies)

Andromaque nez recadré' Andromaque de Racine… En général, ces mots évoquent un vieux rideau rouge poussiéreux, des acteurs en toges et sandalettes, de longues tirades d’alexandrins, un choix cornélien entre la passion et le devoir, bref, pas vraiment un moment de « divertissement » au sens où nous l’entendons aujourd’hui…

Andromaque de Racine jouée par une troupe mixte de personnes handicapées mentales et de comédiens professionnels, portant tous un nez de clown… Là, ça devient tout de suite plus intéressant !

Depuis près de vingt ans, l’ASBL Artifices, reconnue comme centre d’expression et de créativité propose une pratique hebdomadaire d’activités d’expression et d’activités artistiques (théâtre, musique, clown, danse, etc.) à des personnes mentalement, culturellement et/ou socialement défavorisées ou marginalisées, et ce dans différentes régions de Belgique.

L’atelier auquel j’ai assisté est un atelier théâtre organisé une fois par semaine avec un groupe d’une quinzaine de personnes handicapées mentales de la région du Centre. Dans la salle, une partie « public » et une partie « scène ». Le passage de l’un à l’autre n’est possible qu’à condition d’enfiler son nez de clown. Un nez de clown ? Pour du Racine ? Quel sacrilège diront certains…

Mais un clown, ce n’est pas forcément drôle. Ca peut être gai, mais aussi triste ou en colère. Le nez de clown est avant tout un minuscule masque qui permet de devenir quelqu’un d’autre tout en gardant les expressions du visage intactes. Ce petit accessoire permet aux personnes avec un handicap de faire la différence entre les moments où ils sont eux-mêmes et les moments où ils endossent un rôle, où ils doivent se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre. Il crée une distance, mais aussi une protection.

image

L’atelier monte une pièce par an. Au départ, les comédiens-animateurs suggèrent un texte ou un thème sur lequel travailler, puis le spectacle se construit collectivement au fil des répétitions. L’ensemble des participants sont acteurs du projet dans tous les sens du terme : ils jouent dans la pièce, et ce sont eux qui la créent à partir d’un canevas de départ. Cela « part dans tous les sens » au gré de leurs envies, de leur vécu, de leur spontanéité, de leurs centres d’intérêt, de leurs improvisations, de leurs trouvailles de mise en scène, qu’elles soient volontaires ou pas… mais souvent franchement comiques.

Cet atelier poursuit plusieurs objectifs. Il permet d’abord aux personnes participantes d’améliorer leurs compétences de communication par l’apprentissage de techniques de gestuelle, de mimiques, d’expression, de jeu d’acteur. Il leur offre aussi la possibilité de faire partie d’une équipe soudée, d’un groupe d’amis qui se rassemblent autour d’un intérêt commun. Il leur permet enfin d’être valorisées, tant au sein du groupe que vis-à-vis d’un public extérieur. En effet, les spectacles créés dans le cadre de cet atelier débouchent sur des représentations dans de « vraies » salles, devant un « vrai » public.

Je dois avouer que j’ai passé un super moment en leur compagnie. J’ai redécouvert Andromaque en les regardant jouer et j’ai réalisé à quel point les thèmes abordés dans ce texte étaient universels…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :