Publié par : handistarts | 20 mars 2010

Atelier 17, Clairval (Barvaux-sur-Ourthe)

clip_image007

Le mois passé nous vous parlions de l’exposition des membres de l’Atelier 17. Celle-ci ayant titillé notre curiosité, nous avons souhaité en savoir davantage sur le travail qu’ils effectuent au quotidien. Ce mercredi après-midi, le printemps a enfin pointé le bout de son nez ! Direction Barvaux !

L’atelier 17 est fréquenté par une quarantaine de personnes handicapées mentales et/ou souffrant de troubles de la santé mentale auxquelles il propose des activités très variées : artistiques (peinture, danse, travail de la terre, djembé, chant…), sportives (psychomotricité, gymnastique douce, hippothérapie…), culinaires, etc.

Dès notre arrivée dans l’atelier créatif, nous sommes frappés par la sérénité qui règne dans la pièce. Plusieurs bénéficiaires travaillent à un projet individuel : un dessin pour l’un, un collage pour l’autre, une peinture pour une troisième. Chacun a sa technique de prédilection, chacun a son rythme. « Ici, la notion de temps n’a aucune importance » nous confie Véronique, l’une des animatrices. Entendons-nous, la notion de productivité et de rapidité d’exécution n’a aucune importance, par contre, les heures qui rythment la journée ont, elles, une importance cruciale, comme nous le remarquerons en fin d’après-midi, l’heure du goûter, c’est sacré !!

Tout de suite, Raphaël se présente. Il est Français. Comme six de ses compatriotes, il fréquente l’Atelier 17. Apparemment, les initiatives de ce type sont peu nombreuses en France, et dès lors de nombreux Français rejoignent des structures belges ! Raphaël tient à nous montrer ses dessins : des paysages urbains, fourmillant de voitures, de camions, de panneaux de signalisation, de piétons. Raphaël a un don pour le graphisme, et un souci du détail poussé à l’extrême, aidé par une mémoire phénoménale. Ses dessins, il les réalise des jours ou même des semaines après avoir vu le lieu en question. Au verso des feuilles, il note scrupuleusement les indications de directions pour arriver à ce lieu, et il range tous ses croquis par ordre chronologique dans la petite farde verte qui ne le quitte jamais.

image

Soudain, une joyeuse animation envahit l’atelier terre dans la pièce à côté, un groupe d’enfants vient profiter des locaux et du matériel de l’atelier. A côté d’eux, deux habitués de l’atelier mettent la touche finale à une poterie en colombins qui, une fois remplie d’éléments odorants, fera partie d’un « orgue des senteurs ».

Véronique nous en dit un peu plus sur l’optique dans laquelle l’Atelier 17 fonctionne. C’est un lieu de création, mais surtout un lieu d’épanouissement personnel. Le but est d’offrir aux bénéficiaires un lieu de détente où ils peuvent s’exprimer. Comme nous avons pu le constater, une grande importance est accordée à la qualité relationnelle, la complicité entre les animatrices et les participants saute tout de suite aux yeux.

Celles-ci sont très attentives aux dons des participants et les guident afin qu’ils puissent développer ceux-ci. Au sein de l’atelier, elles les conseillent (techniques, choix des couleurs, etc.) et, dans une optique d’ouverture et de participation à la vie culturelle, elles leur proposent régulièrement des visites et des thèmes sur lesquels travailler. Enfin, l’organisation régulière d’expositions permet à l’Atelier de valoriser le travail de ses bénéficiaires, et la vente de certaines œuvres, de rentrer dans ses frais et d’acheter du matériel.

15h30, l’heure de découvrir ce que l’équipe de l’atelier cuisine a concocté pour les participants. Ici, on cherche aussi à responsabiliser tout le monde, les charges sont assurées à tour de rôle (tables, cuisine, vaisselle, etc.). Le goûter est l’occasion pour nous de discuter avec les habitués de l’Atelier. Le doyen du centre nous explique avec fierté que c’est lui qui polit les carreaux de terre cuite avant qu’ils ne soient émaillés, et que, demain, il ira travailler comme chaque semaine chez un horticulteur, dans une grande serre. Certains se disent déjà au revoir, il est temps pour eux de reprendre le bus ou le train qui les ramènera chez leurs parents, dans leur centre ou leur appartement supervisé.

 

L’Atelier 17 est un service d’accueil de jour pour adultes (SAJA) qui fait partie de l’ACIS Clairval (Barvaux/Ourthe). L’ACIS est l’Association Chrétienne des Institutions Sociales et de santé. Cette association regroupe 60 institutions réparties dans toute la Wallonie et à Bruxelles dans le secteur médico-social. Elle emploie plus de 3600 personnes qui prennent en charge quotidiennement près de 4900 bénéficiaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :